Interview n°2 de Mélanie : ce qui a changé après l’annonce de sa grossesse…

Après son interview de présentation, j’ai retrouvé Mélanie pour parler avec elle de comment son entourage a réagi après l’annonce de sa grossesse…

Comment as-tu annoncé ta grossesse à ton entourage ?

Je leur ai annoncé par téléphone essentiellement ! Mes parents ne voulaient pas installer Skype sur leur téléphone donc j’ai dû leur dire d’abord au téléphone, et après l’annonce ils ont bien voulu l’installer… Ma mère n’a pas arrêté de répéter « c’est bien les enfants, c’est bien », et mon père ne bougeait plus, ne parlait plus et avait le sourire jusqu’aux oreilles !

Du côté de Jessy, mon homme, sa mère est passée du rire aux larmes, puis
des larmes au rire ! Et sa sœur a dû s’asseoir parce qu’elle ne tenait plus sur ses jambes…

l_envie_de_melanie

Qu’est-ce qui a changé pour toi ?

J’ai tout de suite arrêté l’alcool. Plus compliqué, j’ai aussi décidé d’arrêter de fumer : j’ai fini mon paquet de roulées, et depuis je n’en ai pas racheté ! Par contre je taxe pas mal mes copines… Alors que je déteste les gens qui taxent ! Du coup pour essayer me rattraper je leur fais des virements bancaires… Chacun s’arrange avec sa conscience comme il peut 😉

Enfin, le plus insolite : je me suis mise à faire très attention à mon apparence ! J’ai ressenti le besoin de m’habiller de façon à ce que les gens comprennent que j’étais enceinte, et non pas en surpoids, je sortais très apprêtée.

Sinon je ne me suis pas interdit grand-chose, j’ai la chance d’être  immunisée contre la toxoplasmose. J’ai juste limité les aliments du type les sushis, les bons fromages… Mais sans m’en priver.

Et ton entourage, comment il a réagi ?

Oh lala mon dieu… Quand tu es enceinte, d’un coup plein de personnes veulent te donner plein de conseils ! Ceux de mon entourage portaient surtout sur l’alimentation : favoriser le bio, manger sain, me soigner avec des plantes et des huiles essentielles quand j’étais malade… En soi leurs conseils étaient bons… Mais il y en avait vraiment trop ! Le plus dur c’est de dire stop aux gens qu’on aime.

Je me suis sentie submergée. Ca provoquait l’effet inverse de ce que mon entourage voulait : plus ils me poussaient dans un sens, plus j’avais envie d’aller dans l’autre.

Pour finir, un souvenir particulièrement frappant ?

Le jour de l’annonce de ma grossesse, je me suis acheté un paquet de 12 babybels et en une demi-heure je les avais finis, alors que je n’en mange pas d’habitude ! C’est la seule envie que j’ai eue ce jour là !

Témoignage : comment l’allaitement a aidé F. à nourrir sainement son fils

Aujourd’hui c’est F., une jeune bloggeuse, qui partage avec nous son expérience de l’allaitement à l’étranger…

Il y a quelques mois, pour des raisons personnelles, j’ai dû me rendre dans un pays et plus particulièrement dans une ville où les petits pots bébé ne sont pas commercialisés en magasin et où les fruits et légumes ne sont pas de bonne qualité et parfois même inexistants. Je vous raconte donc comment l’allaitement m’a aidé à nourrir mon fils dans des conditions difficiles.

laitdyjo_temoignage_bloggeuse

J’étais partie avec l’idée que j’allais faire mes petits pots maison, mon fils avait bientôt 6 mois, l’âge pour lui de commencer la diversification alimentaire. J’avais alors acheté un robot cuiseur-vapeur pour bébés. Une fois arrivée, je suis tombée de haut ! Lorsqu’il y avait des arrivages de fruits et légumes je n’avais que très peu de choix : courgettes, carottes, pommes de terre, bananes, pommes, pêches et ils n’étaient pas très bons ni très frais : pas mûrs, presque moisis, sans goût … bref l’horreur totale !

De temps en temps j’achetais ce que je trouvais, alors je faisais des petites purées de courgettes, des compotes de pomme/banane, pomme/pêche. Et bim ! Mon appareil s’est cassé. Je n’avais plus rien pour lui faire à manger. Pour ma part, je mangeais beaucoup de légumineuses et de féculents ainsi que du poulet car les légumes n’étaient pas très bons à cuisiner. J’ai donc poursuivi mon allaitement exclusif à la demande (je n’ai jamais donné de lait en poudre à mon bébé). Il grandissait bien, grossissait bien. Les médecins disent que les besoins du bébé augmentent et changent, que le lait ne suffit plus alors je ne sais pas ce que cela a donné sur mon fils mais il grandissait toujours bien et se développait normalement. Il n’a pas pris autant de poids qu’il le fallait mais nous recherchons aujourd’hui la cause, car mon fils a été piqué par des insectes et a eu de nombreux vomissements et de la fièvre lorsque nous étions là-bas. En aucun cas le fait que j’allaite n’a été mis en cause par les médecins. Ils m’ont cependant dit qu’il est important de commencer à lui donner de la nourriture solide pour l’habituer et combler certains manques …

Aujourd’hui je suis rentrée en France, mon fils a fait des analyses et il ne manque de rien. J’ai commencé sa diversification alimentaire mais je lui donne toujours le sein à la demande. Pour moi c’est une évidence, l’allaitement est salvateur. Cela me fait penser un peu à la célèbre scène « Charité romaine » où une jeune fille, Pero, allaitait secrètement son père emprisonné et condamné à mourir de faim. On voit toute l’importance de l’allaitement et ses bénéfices.

F.

——–

Merci à F. pour son témoignage ! Retrouvez ses articles sur son blog : https://lestestsdefifi.wordpress.com/